La confidentialité ou la mort – par D. Soulez Larivière

La publication mercredi dernier par Le Canard Enchaîné des écoutes de discussions entre des salariés de la SNCF et leur direction juridique n’apporte pas grand-chose sur la connaissance des causes du sinistre. En revanche, cela révèle cette manie contemporaine qu’est l’excitation médiatique devant la fin de la confidentialité, et la diffusion de tout message censé rester confidentiel. C’est casser le privé pour le rendre public qui fait jouir… le public. Peu importe le fond de ce qui est révélé. Il est depuis des décennies normal que les personnels d’entreprise, lorsqu’ils sont convoqués par la police…

Le mystère du chevalier d’Éon – par J. Hauser

Dans les lois civiles dans leur ordre naturel (Livre préliminaire IX) Domat nous donne la définition d’un problème et sa solution traditionnelle : « les hermaphrodites sont ceux qui ont les marques des deux sexes, et ils sont réputés de celui qui prévaut en eux ». Hermaphrodite est le fils d’Hermès et d’Aphrodite, transformé en être bisexué par amour de la naïade Salmacis dans le lac de Carie. Il en résulta que tout homme se baignant dans ce lac subirait la même transformation. La formulation moderne ne retient plus le terme et préfère l’intersexuation qui…

Conversation sur l’île Nightingale – Par F. Sureau

Plusieurs fois, ces dernières années, j’ai eu l’impression que nos mœurs juridiques avaient changé. Que si nous vivions avant dans un monde où la loi était générale et le jugement porté sur elle particulier, nous préférions désormais voir la loi régler des comportements, et tenir, comme pour nous venger, de grands discours généraux qui n’ont pas égard aux personnes. J’ai souvent parlé ici de la première attitude, qui mène droit à l’inflation législative et fournit à l’amateur de pittoresque le sujet d’inépuisables rêveries devant le Journal officiel. Je voudrais m’arrêter à la seconde. L’occasion m’en…

Vivre et mourir dans un monde neutre – par F. Sureau

Frappé par un boulet, le maréchal de Turenne déplora, dit-on, de n’avoir pu mettre quelque temps entre sa vie et sa mort. On peut espérer jouir de ces quelques années de méditation. La perspective de rêver, dans mon jardin, à une vie où je ne serai pas « arrivé », faute d’avoir jamais voulu partir, se trouve toutefois assombrie par la possibilité d’une visite de mes descendants, parce qu’ils me demanderont de leur expliquer l’époque qui aura été la mienne : une époque où, à l’extérieur, nous envoyions nos soldats mourir en pure perte pour l’Afghanistan et les…

Exercice d’admiration – par F. Sureau

Il est deux livres dont les titres font rêver, les Exercices de la patience de Levinas, les Exercices d’admiration de Cioran. Ce sont peut-être des livres de saison. L’hiver sied à la patience, à moins que ce ne soit l’inverse. Le printemps dispose à l’admiration. C’est une vertu un peu oubliée dans ces temps moroses. Il y a dans l’admiration une fidélité obstinée aux espoirs de la jeunesse. Les meilleurs ne choisissent pas une carrière pour de l’argent, ils veulent être Charpentier, Garçon, Bouffandeau ou rien, et, si limitées que soient ces ambitions, dont j’espère…

Dissidence – par F. Sureau

Au début des années vingt, Pierre Bouchardon, qui devait présider quelques années plus tard la cour d’appel de Paris, commit un livre intitulé « Le magistrat ». Bouchardon était assez célèbre ? il avait instruit pendant la guerre les procès de Mata Hari, de Bolo Pacha, du Bonnet Rouge ? quand la grande masse de ses collègues ne l’était pas. Son livre, à côté de bien d’autres traits ? on y découvre une justice plus sévère mais moins bêtement sermonneuse que celle d’aujourd’hui ? est un éloge indirect de l’anonymat des juges. Lorsqu’il trace un portrait savoureux…

Gongorisme et volapuk – Par Jean Hauser

Passé de matériel génétique à sujet à intérêt supérieur, l’enfant est, dès sa naissance, partagé entre deux dilemmes sociologico-politiques à la mode, le « comment faire famille ? » et le « vivre ensemble ». S’il est le résultat d’un « droit à l’enfant » qui multipliera les fées (bonnes ?) penchées sur son berceau, devenant ainsi l’objet d’une société d’exploitation filiale (SEF), il trouvera des titulaires de « parentalité », sans autorité mais « responsables » (assurés !), et sera certain de ne pas recevoir de fessées, traitement inhumain et dégradant. Il sera, très tôt, engagé dans une « communauté éducative » (réduite aux acquêts ?) composée de « professeurs des écoles »…

Eloge de la Question – Par F.Sureau

Puis il y eut le Conseil constitutionnel. C’était à l’origine une sorte de commission administrative, présidée par un gaulliste, dont la tâche était de veiller à ce que le Parlement n’échappe pas à cette dictature de la raison dont le pouvoir exécutif se voulait l’interprète exclusif . En 1971, le Conseil prit la tangente, comme les trois soldats du Pékin de Bahut de Saint-Cyr. Une décision remarquée sur la valeur du Préambule et donc de la Déclaration lui fit gagner les hautes régions des droits de l’homme. En 1974, la saisine directe fut étendue par…

Des juges et Biribi – par François Sureau

Les Républiques passent, disait une publicité murale d’autrefois, la peinture Ripolin reste. Ce qui fait de la France un grand pays ne tient pas seulement à cette peinture républicaine que le temps et les fautes collectives écaillent, mais à une vertu discrète à laquelle je voudrais rendre hommage aujourd’hui, et qui est celle de la justice. Je ne parle pas du concept, mais de la qualité de la justice institutionnelle. Les juges, on s’en moque, on les vilipende, on les plaint, on ne les approuve que lorsqu’ils vont dans le sens de nos intérêts. Exposés…